ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

19.10.2020 - lun. : 17'46 - Mise à jour 19.10.2020 - lun. : 12'04

Diva Taxi, les chauffeures de Kampala

L’entreprise Diva Taxi a été créé par des Ougandaises qui se sont retrouvées au chômage pendant la pandémie de coronavirus.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Basée à Kampala, cette compagnie de taxis emploie 70 femmes, leur permettant de soutenir financièrement leurs familles. Ellesdoivent cependant pouvoir se débrouiller seules dans les rues de la capitale et savoir se défendre en cas d’agressions.

_"Presque chaque emploi comporte des risques. Mais Diva nous a appris à nous défendre en tant que femmes et à prendre des précautions supplémentaires dans nos activités quotidiennes", _déclare Donna Ochen.

Les nouvelles chauffeures de taxis reçoivent toutes des sprays au poivre et des masques de protection comme équipement de base.

L’idée de ce service est née pendant le confinement, comme le confie Rebecca Makyeli, la directrice de Diva Taxi.

"Elles se sont demandées pourquoi nos voitures étaient simplement garées dans une enceinte alors que nous pouvons transporter des personnes d'un endroit à l'autre. L'idée est d’abord née d’une d’une blague, soutenue par des amis, des proches et la famille. Mais elle a fini par faire son chemin et en juin 2020, la société a été enregistrée et a officiellement vu le jour".

Gillian Kobusingye, fondatrice de Diva Taxi, est très fières de ses employées. Selon elle, les clients semblent préférer leur approche plus calme et confiante.

"Nos dames sont des bosseuses, très motivées et j'aime leur fierté quand elles font ce travail. Elles le font avec du cœur par rapport à d'autres personnes. ".

Diva Taxi ne prend que 15 % de commission sur la trentaine de courses hebdomadaires par employée. Elle prévoit d'atteindre 2 000 utilisateurs actifs de son application, dans une ville de trois millions d'habitants.

Balises África  

Lire aussi