ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » International

31.10.2020 - sam. : 17'16 - Mise à jour 31.10.2020 - sam. : 13'34

Dans le Morvan, une école d'imams enseigne la religion "à la française"

Au fin fond du Morvan se trouve une des rares écoles d'imams de l'Hexagone on l'on forme "à la française". Un cursus qu'entend développer Emmanuel Macron, pour éviter les influences étrangères. Ici on apprend à faire cohabiter l'islam et les valeurs de la République.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

L'établissement de quelque 200 étudiants a été le premier du genre à voir le jour en France, en 1992.

Un imam qui exerce en France doit être formé en France

Yasser, originaire de l'Ile Maurice mais né en France 31 ans, est étudiant en 3e et dernière année d'études à l'IESH pour devenir imam. La lutte contre la radicalisation, c'est un sujet crucial pour lui :

"Tout musulman doit être acteur, dit Yasser Hobass, en apprenant justement, et en transmettant le bon message de l’islam, et ne pas laisser cette minorité, ces groupuscules porter un message, celui de l’islam, qui n'est pas le leur, et qu'ils ont bien sûr falsifié et modifié. Apprendre l’islam en France est pour moi essentiel et primordial dans le sens où on vit dans un contexte où l’islam a des particularités qu'on ne retrouvera pas dans d'autres pays comme le Sénégal par exemple. Donc il faut que oui, que celui qui apprend sa religion puisse l’apprendre dans ce contexte français."

"Un imam qui exerce en France doit être formé en France", martèle Larabi Becheri, le doyen de l'Institut européen des sciences humaines (IESH), pour qui les imams étrangers sont "en déphasage". Trois cents imams sont "détachés" par la Turquie, le Maroc et l'Algérie dans les quelque 2.500 mosquées de l'Hexagone.

on répond à une caricature par une caricature, pas par la violence

Le professeur condamne l'assassinat d'un autre homme, professeur comme lui, Samuel Paty.

"Aucun enseignant ne doit s'inquiéter en donnant un cours, s'indigne Larabi Becheri. Quand il y a quelque chose qui nous plaît pas dans un cours, dans un enseignement, on répond à l'enseignement par un enseignement, on répond à une caricature par une caricature, on répond à un argumentaire par un argumentaire et non pas par la violence, ni par l'émotion, ni quoi que ce soit. "

Le doyen dit ne pas faire de politique, et assure qu'il, n'y a pas de Frères musulmans dans son école, même si ils ont été à l'origine de sa création. L'école de Saint-Léger-de-Fougeret est autofinancée à 80-85%, ce à quoi s'ajoutent les dons de mosquées, et de pays du Golfe, mais pour ces derniers, pas pour financer le programme pédagogique, dit l'école.

Balises Internationale  

Lire aussi
  • 31/10/2020 16:46:38

    Covid-19 : les hôpitaux européens dos au mur

    La pandémie de Covid-19 met à rude épreuve les services hospitaliers, dans les pays européens. Ici, en Belgique, comme à d'autres endroits, les unités de soins intensifs se remplissent bien trop vite et arrivent à saturation. Les personnels médicaux sont désormais confrontés à des choix difficiles.

  • 31/10/2020 16:16:11

    Caricatures : de nouvelles manifestations contre la France

    De nouvelles manifestations d'hostilité à la France se sont tenues vendredi dans plusieurs points du globe : les caricatures de Mahomet cristallisent toujours la colère des protestataires, qui fustigent la position de Paris sur la liberté d'expression.

  • 31/10/2020 15:46:47

    Séisme meurtrier en Turquie et en Grèce : au moins 14 morts

    Cet immeuble, dans la province d'Izmir en Turquie, n'a pas tenu plus de trente secondes : Le tremblement de terre de 7 sur l'échelle de Richter ce vendredi l'a réduit en poussière (voir vidéo). Quatorze personnes sont mortes, dont douze en Turquie et deux en Grèce, lors de ce séisme qui a aussi fait plus de 500 blessés.