ANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola PressANGOP - Angola Press de Nouvelles Angola Press

Aller à la page d'accueil
Luanda

Max:

Min:

Accueil » Nouvelles » Afrique

01.11.2020 - dim. : 14'30 - Mise à jour 01.11.2020 - dim. : 14'32

Les Algériens appelés aux urnes pour un référendum sur une révision de la Constitution

Pour ou contre une révision de la Constitution ? Près de 25 millions d'électeurs sont appelés à se prononcer, dimanche, sur une révision constitutionnelle censée fonder une "Nouvelle République", proposée par le président Abdelmadjid Tebboune, et répondre aux aspirations du Hirak, lit-on sur France 24.

Envoyer par email

Pour partager cette nouvelles par courriel, veuillez remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Réviser

Pour signaler des erreurs dans les textes des articles publiés, de remplir les informations ci-dessous et cliquez sur Envoyer

Le chef de l’État, âgé de 74 ans, a été transféré dans la plus grande discrétion, mercredi, en Allemagne, pour des "examens médicaux approfondis" après l'annonce de cas suspects de la maladie de Covid-19 dans son entourage. Son état est "stable et non préoccupant", selon la présidence qui n'a donné aucun autre détail. 

Dans un message relayé, samedi soir, par l'agence officielle APS, Abdelmadjid Tebboune a assuré que "le peuple algérien sera, une fois encore, au rendez-vous avec l'histoire pour opérer le changement escompté à travers le référendum sur l'amendement constitutionnel, en vue d'instituer une nouvelle ère à même de réaliser les espoirs de la nation et les aspirations du peuple à un État fort, moderne et démocratique". 

"Un plébiscite césariste" 

La date du référendum n'a pas été choisie par hasard : le 1er novembre marque l'anniversaire du début de la Guerre d'indépendance contre la puissance coloniale française (1954-1962). 

Les 61 000 bureaux de vote ont ouvert à 8 h locales (7 h GMT) et fermeront à 19 h (18 h GMT). 

Le seul enjeu est le taux de participation, la victoire du oui ne faisant guère de doute tant la campagne électorale, qui a laissé la population largement indifférente, a été à sens unique. 

Lors de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019, il s'était établi à 39,93 %, soit le taux le plus faible de toutes les présidentielles pluralistes de l'histoire de l'Algérie. 

"C'est un référendum issu du haut, un plébiscite césariste", estime Massensen Cherbi, docteur en droit de l'Université Paris II Panthéon-Assas.  

Dès son investiture, le président Tebboune a fait de la révision de la Constitution son projet phare et a tendu la main aux manifestants du Hirak . 

Les protestataires ont rejeté "sur le fond et la forme" une initiative perçue comme un "changement de façade" et prônent le boycott du référendum. 

Balises África  

Lire aussi